Accéder au contenu principal

La mode hypersexualisée, un phénomène pas si récent


« En retraçant les origines de la mode hypersexualisée, on s’étonne de l’ancienneté de ses principaux marqueurs visuels et de leur symbolique initiale. On constate également que plusieurs groupes de jeunes ont participé à promouvoir l’allure sexy depuis les années 1950. Il faut dire que ce sont souvent les jeunes qui initient les modes en suggérant des mises en scènes corporelles nouvelles pour se démarquer des générations précédentes et tenter d’imposer leur propre vision d’un monde idéal ».
Docteure en communication et professeure à l’école supérieure de mode de Montréal, Mariette Julien travaille depuis quelques années sur la compréhension des esthétiques vestimentaires et corporelles contemporaines. Dans son dernier livre La mode hypersexualisée paru en janvier chez Sisyphe dans la collection Contrepoint, elle retrace l’histoire de la mode hypersexualisée et apporte des éclaircissements importants sur l’origine du phénomène. Le premier concerne l’idée communément admise voulant attribuer exclusivement ce type de comportements vestimentaires aux adolescents et aux adolescentes en particulier. Or il n’en est rien. L’auteur nous apprend que l’hypersexualisation dépasse le cadre du vêtement et se caractérise aussi par le boum de la chirurgie esthétique, du bronzage, de l’épilation, du maquillage…Multiples façons de mettre l’apparence et le culte du corps à l’avant-scène. D’autre part le phénomène touche aussi les hommes avec notamment la mode des baggys qui laisse largement voir les sous-vêtements masculins. D’après l’auteure, cette mode « tirerait ses origines du milieu carcéral, où l’on interdit les ceintures mais où les relations sexuelles entre hommes sont courantes ». Elle y précise aussi, entre autres, que la mode hypersexualisée trouve son inspiration dans les styles des générations précédentes comme les hippies ou encore les punks qui furent les premiers à porter les sous-vêtements comme des vêtements. Une mise en perspective fort intéressante qui permet d’envisager la mode plus comme un phénomène sociologique que comme une manifestation uniquement consumériste.
La mode hypersexualisée de Mariette Julien, collection contrepoint chez Sisyphe. 113 pages.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Toujours plus de condos, toujours plus de bureaux!

Vous aussi, vous les avez vues toutes ces grues qui poussent au centre-ville comme des champignons, n'est-ce pas?  Est-ce pour répondre au phénomène de gentrification ou pour soigner le complexe d'infériorité de la belle Montréal, dont la forêt de buildings est loin d'être aussi dense que celle de ses voisines nord-américaines? Voici, ici, un reportage du téléjournal de Radio-Canada qui nous permet d'y voir plus clair.





Le passage de la discorde

Dans l’imaginaire canadien, l’Arctique est à peu près le seul sujet qui rassemble tous les citoyens, le thème qui supplante le clivage linguistique. Même si très peu de Canadiens iront au nord du 60ème parallèle, les gouvernements fédéraux, et notamment celui de Stephen Harper, ont compris l’importance politique de ce territoire.
Marie-Christine Lalonde-Fiset, coordonnatrice de l’OPSA (Observatoire de la politique et de la sécurité de l’Arctique)



Depuis les années 1970, le réchauffement climatique transforme la géographie de l'archipel arctique. Depuis très peu de temps, et seulement quelques semaines par an, un passage permet aux navires de réduire leur route pour rejoindre l’Europe depuis l’Asie. Le passage du nord-ouest devient un enjeu stratégique. Pour le Canada, ce passage relève du droit canadien et fait partie de ses eaux intérieures. Mais pour les États-Unis, l’Union européenne, le Japon ou la Chine, il s’agit d’un passage international, qui implique donc une liberté de cir…

Tête de Yogi

"Je vais t’écrire mon deuxième prénom aussi, sinon, les gens croient que je suis un homme". Pourtant, quand on rencontre Rocio Judith Machorro, c’est sa féminité qui saute aux yeux. Rocio nous reçoit dans son studio. Assise dans la position du lotus, ses longs cheveux noir tombant sur son dos, la professeure de yoga nous regarde au fond des yeux, toujours avec bienveillance. Une bienveillance qui ne la quitte pas lorsque débute son cours de yoga. "J’ai des besoins très particuliers et c’est que je cherche chez mes élèves. C’est très important, car les besoins individuels sont souvent négligés dans notre société, mais je crois qu’il est possible de les exprimer en groupe". C’est pour ça que chacun de ses cours est différent. "Pendant ma première année d’enseignement, en 2002, j’ai enseigné le Ashtanga yoga à la lettre, mais j’ai réalisé que ça me rendais malheureuse. Depuis, je sors du cours classique, je me suis réconciliée avec ma nature rebelle".
Têtue.…