26 avr. 2010

1000 paires d'yeux!

Bonjour chers lecteurs et merci de nous lire depuis novembre!
Nous avons passé aujourd'hui le cap des 1000 lecteurs ! Tranquillement pas vite comme on dit ici, nous alimentons, Typhaine et moi, cette belle tribune, un espace de liberté et de créativité qui nous est devenu indispensable! Merci de vos encouragements aussi! Ils redoublent notre motivation! Au plaisir de vous croiser encore ici et surtout n'hésitez pas à nous donner votre avis!

25 avr. 2010

La vidéo au service de la littérature

Il suffit de se promener sur internet et les sites qui s'intéressent à la littérature pour s'en rendre compte : les bandes annonces littéraires explosent. Après les bandes annonces pour le cinéma, les maisons d'éditions et les auteurs se lancent dans cette forme de promotion pour faire parler de leurs livres.
À cette fin, les acteurs du monde de l'édition utilisent les plateformes généralistes comme You Tude, Viméo ou Daily Motion. Mais parmi toutes les vidéos proposées et dans ce flux constant, chercher une actualité ou une bande annonce littéraire peut s'avérer un brin compliqué. D'où l'idée de Jean-François Gayrard, de créer un site internet entièrement dédié à la littérature et son actualité.


Plus qu'un site internet, Lestraceursdetout.tv est une plateforme vidéo dédiée à la littérature. Jean-François Gayrard, qui travaille par ailleurs pour une maison d'édition québécoise, répertorie les bandes annonces littéraires, cherche les interviews vidéo d'auteurs ou d'éditeurs qui sont sur You Tube et font l'actualité. Car aujourd'hui, à l'heure du livre numérique et de l'arrivée de l'Ipad, l'outil vidéo est incontournable.
Jean-François Gayrard, fondateur des Traceurs de Tout.tv.


BOB


Début juin, l'objectif des Traceurs de Tout.tv est de créer son propre contenu, avec des capsules courtes, hebdomadaires, d'1min30, 2 min, très vivantes : "trop souvent, la littérature est présentée de manière très austère, en costume gris. Pour attirer le lecteur de demain, autrement dit la génération qui est née avec un ordinateur dans les mains, il faut présenter la littérature autrement".

20 avr. 2010

La tête de l'emploi

Pour rebondir sur le message précédent, je vous invite à aller voir sur le site de l'ONF les documentaires en ligne qui traitent tous du racisme dans le milieu de travail au Québec. Pensé par l'Office National du Film, ce concept invite de jeunes documentaristes issus de la diversité à nous faire part de leur point de vue.

Merci à Marie-Lisa Lampron, elle aussi documentariste et fidèle lectrice de Montréalismes, d'avoir attiré notre attention là-dessus!
Pour visionner cliquez ici

8 avr. 2010

51%

"  La proportion des immigrants récents du Québec (âgés de 25 ans et plus) qui détiennent au moins un baccalauréat (équivalent de la licence en France) est passée de 15,4 % en 1981 à 51 % en 2006". 
L'article de Lisa-Marie Gervais en date d'aujourd'hui, posté sur le site du Devoir (cliquez sur le titre pour y avoir accès) pose aussi la question de la pertinence de la grille de sélection appliquée aux immigrants par la province du Québec qui apparemment ne parvient pas à intégrer au marché du travail tous les immigrants diplômés qu'elle fait venir alors que l'Ontario et la Colombie-Britannique, deux autres provinces a forte immigration, y parviennent...Et si le mythe de l'ingénieur et du médecin devenus chauffeur de taxi pour pouvoir vivre décemment était enfin pris au sérieux?

1 avr. 2010

El 12 de La Otra Orilla

Comment vous convaincre d'aller voir à la 5e Salle de la Place des Arts, El 12 de la compagnie montréalaise La Otra Orilla ? L'exercice est difficile. Non pas parce que le spectacle est mauvais, bien au contraire, mais parce qu'il va falloir trouver des mots pour exprimer tout ce qui se dégage d'émotion et d'inspiration pendant cet instant particulier. Éloignez les clichés andalous en robe à pois et mantille à franges, le flamenco folklorique à touristes et les Olé à tout va, vous faites fausse route. La Otra Orilla est une compagnie "d'art flamenco", entendez par là, contemporain, audacieux et multidisciplinaire. 
Les codes emblématiques du flamenco sont présents bien sûr: une danseuse, un chanteur, des guitaristes,un percussionniste et leurs rythmes à douze temps. Mais la troupe va plus loin, elle repousse les limites et explore. Dans les costumes d'abord: pantalons, imperméable, robe courte. Dans la mise en scène ensuite. Hedi Graja (qui est aussi et surtout le chanteur) fait appel au jeu d'ombres et de transparence, à la vidéo ou encore à Jacques Brel pour bousculer nos repaires d'amateur averti. Dérangeant pour certains, révolutionnaire pour d'autres. Mais au delà des traditionnelles querelles de style entre Anciens et Modernes, cette pièce est d'une intensité bouleversante et contagieuse, surtout si on a, un jour, eu le plaisir de pratiquer le flamenco.
Toutefois si la danse ne vous tente pas, allez-y quand même et fermez les yeux, n'écoutez que la voix d'Hedi Graja, la cajon et les deux guitares...Les talons de Mademoiselle Allard viendront vous chercher tôt ou tard.
© crédit photo Thomas Godreau
El 12, de la Otra Orilla, 5e Salle de la place des arts, jusqu'au 17 avril.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...