23 déc. 2010

«Jusqu'à mardi dernier, l'homosexualité faisait partie des troubles mentaux de la sexualité en Alberta»

Non vous ne rêvez pas...Lisez plutôt :

« Le ministre albertain de la Santé, Gene Zwozdesky, vient d'ordonner que l'homosexualité soit retirée du guide de diagnostic sur les troubles mentaux, plus de 35 ans après que l'Association américaine de psychiatrie ait cessé de considérer l'homosexualité comme une maladie mentale. Le gouvernement a décidé d'apporter des changements au guide médical qui est utilisé par les médecins pour encadrer les soins offerts aux patients après avoir été informé de la situation par un journaliste.
Ce retrait entre immédiatement en vigueur. Jusqu'à mardi dernier, l'homosexualité faisait partie des troubles mentaux de la sexualité en Alberta, au même titre que la pédophilie et la bestialité. Les représentants du gouvernement albertain ne peuvent expliquer pourquoi des changements n'ont pas été apportés plus tôt au document. L'Association américaine de psychiatrie a cessé de considérer l'homosexualité comme une maladie en 1973.»
Et si vous écoutez le reportage de Tiphanie Roquette qui accompagne la nouvelle sur le site de Radio Canada (cliquez sur le titre du message), vous apprendrez, entre autres, que ce diagnostic a encore était posé 1700 fois entre 1995 et 2004 en Alberta...(Source: Radio Canada)

9 déc. 2010

Le passage de la discorde


Dans l’imaginaire canadien, l’Arctique est à peu près le seul sujet qui rassemble tous les citoyens, le thème qui supplante le clivage linguistique. Même si très peu de Canadiens iront au nord du 60ème parallèle, les gouvernements fédéraux, et notamment celui de Stephen Harper, ont compris l’importance politique de ce territoire.
Marie-Christine Lalonde-Fiset, coordonnatrice de l’OPSA (Observatoire de la politique et de la sécurité de l’Arctique)



Depuis les années 1970, le réchauffement climatique transforme la géographie de l'archipel arctique. Depuis très peu de temps, et seulement quelques semaines par an, un passage permet aux navires de réduire leur route pour rejoindre l’Europe depuis l’Asie. Le passage du nord-ouest devient un enjeu stratégique. Pour le Canada, ce passage relève du droit canadien et fait partie de ses eaux intérieures. Mais pour les États-Unis, l’Union européenne, le Japon ou la Chine, il s’agit d’un passage international, qui implique donc une liberté de circulation.
Suzanne Lalonde, professeur de droit international public à l’Université de Montréal, précise le point de vue des États-Unis :



Pour Suzanne Lalonde, ce passage doit rester canadien, car une navigation plus dense aurait des répercussions sur le milieu naturel et les populations autochtones. Or, le dispositif législatif international ne serait pas suffisamment efficace pour protéger ce territoire. De même, en cas de catastrophe écologique, les côtes canadiennes seraient les premières touchées.



Le gouvernement Harper a fait de l’Arctique son cheval de bataille et promet régulièrement d’investir et de préserver ce territoire. Mais pour être effectivement souverain sur ce passage du nord-ouest, le Canada doit rassurer l’hémisphère nord et montrer que le pays a les moyens suffisants de le gérer, estime Suzanne Lalonde.



La question n’est donc pas réglée, mais tant vis-à-vis de ses citoyens que sur la scène internationale, le Canada ne peut pas « abandonner » le passage du nord-ouest.

Pour plus d'infos sur ce vaste sujet, deux sites internet :
ArcticNet et le site de l'Opsa.
(Cartes tirées du site internet de l'Opsa)

9 nov. 2010

Le français de Jack Kerouac

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Jack Kerouac, l'auteur du célèbre livre Sur la route, chantre de la Beat Generation, était d'origine québécoise et parlait couramment le français. Mais quel français?
C'est la question que s'est posée l'émission Tire ta langue le 7 novembre dernier sur France Culture. Amoureux de la langue française et des contre-cultures courrez vite écouter tout ça en cliquant ici ou sur le titre du message. Hâtez-vous car le podcast ne sera pas disponible très longtemps!

26 oct. 2010

Québec un point c'est tout!

Il n'est désormais plus possible d'enregistrer un nom de domaine en .qc.ca ...Mais peut-être bientôt l'exception culturelle québécoise aura son .québec...avec un accent s'il vous plaît!
Le Devoir vous raconte ça en détail aujourd'hui! Cliquez ici où sur le titre du message. Bonne lecture!

17 oct. 2010

Manif sans frontières

J'attire votre attention sur cette dépêche AFP qui m'a fait sourire de prime abord mais qui montre bien qu'un Français, même expatrié, reste un Français...toujours en prise avec ce qui se passe de l'autre côté de l'Atlantique. Ça démontre aussi l'ampleur de la mobilisation et ça vous concernera peut-être selon votre statut au Québec.

"Dix Français résidant au Québec ont manifesté samedi devant le consulat de France de Montréal pour protester contre la réforme des retraites du gouvernement Fillon, a constaté un journaliste de l'AFP.
"C'est symbolique par le chiffre", reconnaît Franck Scemama, l'un des organisateurs, également élu socialiste de l'Assemblée des Français de l'étranger. Mais, ajoute-t-il, "ce n'est pas parce que l'on est à des milliers de kilomètres de la France qu'on n'est pas concerné par ce qui s'y passe".
Selon ces manifestants, les Français de l'étranger sont particulièrement touchés par la réforme des retraites car, avec des carrières souvent morcelées, les annuités de cotisation sont incomplètes, notamment pour les femmes qui suivent leurs conjoints à l'étranger et interrompent leurs cotisations.
"Dans l'immense majorité, nous sommes des travailleurs, pas des cadres ni des investisseurs", explique Brigitte Sauvage, également élue (gauche, indépendante) de l'Assemblée des Français de l'étranger. Elle affirme, qu'avec cette réforme, "les Français vont être plus frileux, ils n'oseront plus aller à l'étranger s'ils ont des responsabilités familiales, pour ne pas interrompre leurs cotisations" au régime de retraite.
Selon les estimations du consulat de France au Québec, 150.000 Français résident actuellement au Canada, dont 80.000 à Montréal.
En France, le projet de loi sur les retraites prévoit notamment le report de l'âge légal de départ en retraite à 62 ans et l'allongement de la durée de cotisation de l'ensemble des travailleurs à 41,5 ans. " (Source AFP)

6 oct. 2010

Qui a dit que les féministes n'avaient pas d'humour?

En cliquant ici ou sur le titre du message, vous pourrez visionner l'une des publicités annonçant la prochaine semaine de mobilisation nationale de la Marche mondiale des femmes qui se tiendra à Québec du 12 au 17 octobre. Qui a dit que les féministes n'avaient pas d'humour?

17 sept. 2010

L'anarchiste qui sauvera le capitalisme...

L'anarchiste Jaggi Singh a obtenu gain de cause dans la bagarre judiciaire qui l'opposait à la Ville de Montréal. En effet il y a 10 ans, il avait reçu une amende pour avoir collé une affiche qui annonçait le Salon du livre anarchiste. Une décennie plus tard, l'article 469 du règlement d'ubanisme de la Ville (« Il est interdit d'inscrire un message, de coller ou d'agrafer une affiche ailleurs que sur une surface prévue à cet effet») a donc été invalidé. Malheureusement, il ne pourra pas s'en réjouir longtemps puisque cette jurisprudence va sûrement permettre aux propriétaires des panneaux publicitaires gigantesques (que l'administration municipale de l'arrondissement du Plateau veut interdire) de continuer à dénaturer le paysage...Ironie du sort!
Pour plus de détails, lisez l'article de Steve Proulx dans le Voir de cette semaine en cliquant ici.

15 sept. 2010

Un petit air de...Budz

Comme le beau c'est bon pour les yeux et pas que, je vous mets sur la piste d'un "photoblog" sympa qui est mon coup de cœur du moment. Air Budz est un jeune photographe lillois qui dévoile depuis peu son talent sur le net et bientôt, aussi, sur quelques cimaises nordistes. Mais alors vous me direz: "Quel rapport avec Montréal?". Question à laquelle je m'empresserai de répondre: "Une très jolie série de photos en noir et blanc prises aux quatre coins de l'île". À la fois sensible et rock and roll, ce jeune passionné a l'oeil et la manière mais reste un dilettante bon enfant. À suivre!

Au boulot!

Après trois mois d'absence nous revoilà lecteur! Oserai-je même dire lecteurs...
En voyant le compteur des visites, je me dis que nous avons dû vous manquer et même, peut-être, vous mettre un peu en rogne en paressant tout l'été. Mais ça y est, nos plumes dilettantes se sont bien reposées, les barbules en éventail, se laissant porter (et aussi parfois estourbir!) par le vent d'été caniculaire de la belle Montréal.  En ces temps de rentrée, leurs pointes affutées sont, de nouveau, prêtes à tremper dans l'encre numérique, pour venir vous parler des Montréalismes qui se jouent sous nos fenêtres.

Pour vous mettre un peu l'eau à la bouche, j'ose, en exclusivité, vous confier que, dans les prochains jours, nous vous parlerons photoblog, carte-postale-pas-comme-les-autres et architecture montréalaise...En attendant bonne rentrée!

9 mai 2010

La vidéo au service de la littérature

Il suffit de se promener sur internet et les sites qui s'intéressent à la littérature pour s'en rendre compte : les bandes annonces littéraires explosent. Après les bandes annonces pour le cinéma, les maisons d'éditions et les auteurs se lancent dans cette forme de promotion pour faire parler de leurs livres.
À cette fin, les acteurs du monde de l'édition utilisent les plateformes généralistes comme You Tude, Viméo ou Daily Motion. Mais parmi toutes les vidéos proposées et dans ce flux constant, chercher une actualité ou une bande annonce littéraire peut s'avérer un brin compliqué. D'où l'idée de Jean-François Gayrard, de créer un site internet entièrement dédié à la littérature et son actualité.

Plus qu'un site internet, Lestraceursdetout.tv est une plateforme vidéo dédiée à la littérature. Jean-François Gayrard, qui travaille par ailleurs pour une maison d'édition québécoise, répertorie les bandes annonces littéraires, cherche les interviews vidéo d'auteurs ou d'éditeurs qui sont sur You Tube et font l'actualité. Car aujourd'hui, à l'heure du livre numérique et de l'arrivée de l'Ipad, l'outil vidéo est incontournable.
Jean-François Gayrard, fondateur des Traceurs de Tout.tv :



Début juin, l'objectif des Traceurs de Tout.tv est de créer son propre contenu, avec des capsules courtes, hebdomadaires, d'1min30, 2 min, très vivantes : "trop souvent, la littérature est présentée de manière très austère, en costume gris. Pour attirer le lecteur de demain, autrement dit la génération qui est née avec un ordinateur dans les mains, il faut présenter la littérature autrement".

26 avr. 2010

1000 paires d'yeux!

Bonjour chers lecteurs et merci de nous lire depuis novembre!
Nous avons passé aujourd'hui le cap des 1000 lecteurs ! Tranquillement pas vite comme on dit ici, nous alimentons, Typhaine et moi, cette belle tribune, un espace de liberté et de créativité qui nous est devenu indispensable! Merci de vos encouragements aussi! Ils redoublent notre motivation! Au plaisir de vous croiser encore ici et surtout n'hésitez pas à nous donner votre avis!

25 avr. 2010

La vidéo au service de la littérature

Il suffit de se promener sur internet et les sites qui s'intéressent à la littérature pour s'en rendre compte : les bandes annonces littéraires explosent. Après les bandes annonces pour le cinéma, les maisons d'éditions et les auteurs se lancent dans cette forme de promotion pour faire parler de leurs livres.
À cette fin, les acteurs du monde de l'édition utilisent les plateformes généralistes comme You Tude, Viméo ou Daily Motion. Mais parmi toutes les vidéos proposées et dans ce flux constant, chercher une actualité ou une bande annonce littéraire peut s'avérer un brin compliqué. D'où l'idée de Jean-François Gayrard, de créer un site internet entièrement dédié à la littérature et son actualité.


Plus qu'un site internet, Lestraceursdetout.tv est une plateforme vidéo dédiée à la littérature. Jean-François Gayrard, qui travaille par ailleurs pour une maison d'édition québécoise, répertorie les bandes annonces littéraires, cherche les interviews vidéo d'auteurs ou d'éditeurs qui sont sur You Tube et font l'actualité. Car aujourd'hui, à l'heure du livre numérique et de l'arrivée de l'Ipad, l'outil vidéo est incontournable.
Jean-François Gayrard, fondateur des Traceurs de Tout.tv.


BOB


Début juin, l'objectif des Traceurs de Tout.tv est de créer son propre contenu, avec des capsules courtes, hebdomadaires, d'1min30, 2 min, très vivantes : "trop souvent, la littérature est présentée de manière très austère, en costume gris. Pour attirer le lecteur de demain, autrement dit la génération qui est née avec un ordinateur dans les mains, il faut présenter la littérature autrement".

20 avr. 2010

La tête de l'emploi

Pour rebondir sur le message précédent, je vous invite à aller voir sur le site de l'ONF les documentaires en ligne qui traitent tous du racisme dans le milieu de travail au Québec. Pensé par l'Office National du Film, ce concept invite de jeunes documentaristes issus de la diversité à nous faire part de leur point de vue.

Merci à Marie-Lisa Lampron, elle aussi documentariste et fidèle lectrice de Montréalismes, d'avoir attiré notre attention là-dessus!
Pour visionner cliquez ici

8 avr. 2010

51%

"  La proportion des immigrants récents du Québec (âgés de 25 ans et plus) qui détiennent au moins un baccalauréat (équivalent de la licence en France) est passée de 15,4 % en 1981 à 51 % en 2006". 
L'article de Lisa-Marie Gervais en date d'aujourd'hui, posté sur le site du Devoir (cliquez sur le titre pour y avoir accès) pose aussi la question de la pertinence de la grille de sélection appliquée aux immigrants par la province du Québec qui apparemment ne parvient pas à intégrer au marché du travail tous les immigrants diplômés qu'elle fait venir alors que l'Ontario et la Colombie-Britannique, deux autres provinces a forte immigration, y parviennent...Et si le mythe de l'ingénieur et du médecin devenus chauffeur de taxi pour pouvoir vivre décemment était enfin pris au sérieux?

1 avr. 2010

El 12 de La Otra Orilla

Comment vous convaincre d'aller voir à la 5e Salle de la Place des Arts, El 12 de la compagnie montréalaise La Otra Orilla ? L'exercice est difficile. Non pas parce que le spectacle est mauvais, bien au contraire, mais parce qu'il va falloir trouver des mots pour exprimer tout ce qui se dégage d'émotion et d'inspiration pendant cet instant particulier. Éloignez les clichés andalous en robe à pois et mantille à franges, le flamenco folklorique à touristes et les Olé à tout va, vous faites fausse route. La Otra Orilla est une compagnie "d'art flamenco", entendez par là, contemporain, audacieux et multidisciplinaire. 
Les codes emblématiques du flamenco sont présents bien sûr: une danseuse, un chanteur, des guitaristes,un percussionniste et leurs rythmes à douze temps. Mais la troupe va plus loin, elle repousse les limites et explore. Dans les costumes d'abord: pantalons, imperméable, robe courte. Dans la mise en scène ensuite. Hedi Graja (qui est aussi et surtout le chanteur) fait appel au jeu d'ombres et de transparence, à la vidéo ou encore à Jacques Brel pour bousculer nos repaires d'amateur averti. Dérangeant pour certains, révolutionnaire pour d'autres. Mais au delà des traditionnelles querelles de style entre Anciens et Modernes, cette pièce est d'une intensité bouleversante et contagieuse, surtout si on a, un jour, eu le plaisir de pratiquer le flamenco.
Toutefois si la danse ne vous tente pas, allez-y quand même et fermez les yeux, n'écoutez que la voix d'Hedi Graja, la cajon et les deux guitares...Les talons de Mademoiselle Allard viendront vous chercher tôt ou tard.
© crédit photo Thomas Godreau
El 12, de la Otra Orilla, 5e Salle de la place des arts, jusqu'au 17 avril.

31 mars 2010

C'est plus ce que c'était ma bonne dame!

Petite citation entendue lors d'une conférence sur le civisme organisée par la Commission scolaire de Montréal, en vue d'élaborer un code institutionnel. 
«Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l’autorité et n’ont aucun respect pour l’âge. À notre époque, les enfants sont des tyrans»
Diane de Courcy, la présidente de la CSDM, a judicieusement commencé son discours par ces quelques mots en demandant à l'assemblée de citoyens venue débattre si parfois l'opinion que nous avions des jeunes n'était pas purement générationnelle...Ah oui ensuite, elle a précisé que l'auteur de la citation était ...Socrate (-470/-399).




26 mars 2010

On mange quoi ce soir?

L'île de Montréal abrite plus de 15000 jardiniers. Pour décrocher une parcelle de terre dans un jardin communautaire, l'attente est parfois longue. Et ceux qui y participent envisagent le jardinage comme un loisir et un moment de détente.
Au milieu des années 1990, le concept de jardin collectif apparaît. Depuis, ce jardinage, qui mêle des objectifs de développement social, d'insertion sociale et d'éducation environnementale, est en pleine croissance à Montréal.
Depuis quelques années enfin, l'agriculture sur les toits est en croissance, elle prend deux formes : le toit vert et le jardin sur le toit.
Cette agriculture urbaine prend beaucoup de formes mais a le même fondement : la préoccupation de ce que l'on trouve dans notre assiette. De connaître la qualité des produits que nous consommons et d'encourager la production locale. Ce n'est pas pour rien que les agriculteurs locaux font le plein d'abonnements pour les paniers de légumes biologiques hebdomadaires.

Si le sujet de l'alimentation vous intéresse et pour en savoir plus, le comité Nourrir Montréal, qui dépend de la Conférence régionale des élus, organise des rencontres sur cette thématique. Parmi les questions abordées : Comment l’environnement urbain influence-t-il l’offre et l’accès des aliments à Montréal ? Ou encore, comment la ville s’implique-t-elle dans l’alimentation sur son territoire ? Le prochain "Rendez-vous montréalimentaire" se déroule le jeudi 8 avril au café Monument-National, 1182, Boulevard Saint-Laurent.

16 févr. 2010

Kanhawaké, zone sensible

La réserve de Kahnawaké fait beaucoup parler d'elle ces derniers temps. En effet le conseil de bande des Mohawk a enjoint les non-Mohawk de quitter la réserve même s'ils sont en couple avec un membre de la communauté. Pour comprendre les tenants et les aboutissants de la polémique, j'attire votre attention sur le point de vue de l'anthropologue Serge Bouchard invité hier chez Christiane Charrette.
Pour en savoir plus cliquez ici

11 févr. 2010

Les réfugiés du climat de François Pesant à la Tohu


© François Pesant
Les  photographies du journaliste François Pesant sont exposées à la Tohu jusqu'au 25 avril.
Entrée gratuite

Il y a de l'amour dans l'air!

Les résultats d'un sondage récent intitulé "Pour l'amour du travail" commandé par Workopolis et réalisé par la firme Harris/Décima nous apprennent que 65% des travailleurs québécois aiment leur emploi actuel.
69% d'entre eux avouent sans hésitation qu'ils l'aimeraient encore plus s'ils bénéficiaient d'un meilleur salaire et de meilleurs avantages sociaux. Enfin 10% seulement des travailleurs québécois conservent leur emploi actuel parce que ce dernier les aide à payer les factures.

Après plusieurs demandes de comparaison j'ajoute les chiffres d'une étude récente (octobre 2009) réalisée en France par Opinionway/20 minutes et En ligne pour l'emploi, qui pose, à peu de choses près, la même question aux Français.
77% des travailleurs français avouent être heureux au travail, même en temps de crise. 19% seulement aimeraient changer d'entreprise.
Retrouvez les résultats complets de cette enquête ici

La mode hypersexualisée, un phénomène pas si récent


« En retraçant les origines de la mode hypersexualisée, on s’étonne de l’ancienneté de ses principaux marqueurs visuels et de leur symbolique initiale. On constate également que plusieurs groupes de jeunes ont participé à promouvoir l’allure sexy depuis les années 1950. Il faut dire que ce sont souvent les jeunes qui initient les modes en suggérant des mises en scènes corporelles nouvelles pour se démarquer des générations précédentes et tenter d’imposer leur propre vision d’un monde idéal ».
Docteure en communication et professeure à l’école supérieure de mode de Montréal, Mariette Julien travaille depuis quelques années sur la compréhension des esthétiques vestimentaires et corporelles contemporaines. Dans son dernier livre La mode hypersexualisée paru en janvier chez Sisyphe dans la collection Contrepoint, elle retrace l’histoire de la mode hypersexualisée et apporte des éclaircissements importants sur l’origine du phénomène. Le premier concerne l’idée communément admise voulant attribuer exclusivement ce type de comportements vestimentaires aux adolescents et aux adolescentes en particulier. Or il n’en est rien. L’auteur nous apprend que l’hypersexualisation dépasse le cadre du vêtement et se caractérise aussi par le boum de la chirurgie esthétique, du bronzage, de l’épilation, du maquillage…Multiples façons de mettre l’apparence et le culte du corps à l’avant-scène. D’autre part le phénomène touche aussi les hommes avec notamment la mode des baggys qui laisse largement voir les sous-vêtements masculins. D’après l’auteure, cette mode « tirerait ses origines du milieu carcéral, où l’on interdit les ceintures mais où les relations sexuelles entre hommes sont courantes ». Elle y précise aussi, entre autres, que la mode hypersexualisée trouve son inspiration dans les styles des générations précédentes comme les hippies ou encore les punks qui furent les premiers à porter les sous-vêtements comme des vêtements. Une mise en perspective fort intéressante qui permet d’envisager la mode plus comme un phénomène sociologique que comme une manifestation uniquement consumériste.
La mode hypersexualisée de Mariette Julien, collection contrepoint chez Sisyphe. 113 pages.

19 janv. 2010

De l'optimisme en 2010!

Un tremblement de terre dévastateur en Haïti, des bombes humaines en Afghanistan, deux journalistes français enlevés dans ce même pays, le silence de leur entreprise de presse et l'arrogance de certains bureaucrates élyséens ; en Afrique du Sud, à Johannesburg, une journaliste française et son ami Zimbabwéen victimes de la tyrannie policière (ici), la détresse de milliers familles pillées par la crise économique, le zèle d'une douanière trop heureuse d'exercer son petit pouvoir... 2010 commence bien difficilement!
Comment garder espoir? Continuer d'avoir la foi?
Peut-être grâce à cette mobilisation citoyenne extraordinaire dans le quartier Saint-Michel, à Montréal, où chacun veut apporter son aide aux centaines de milliers de sans abris haïtiens. Ou à l'hésitation d'un ami épargné par la terre à rentrer en France, plutôt que de rester à Port-au-Prince, pour aider. Peut-être grâce au témoignage de la journaliste Sophie Bouillon, qui ne semble pas vouloir baisser les bras, et plus globalement, grâce à tous ceux qui ont décidé de ne pas se laisser happer par cette morosité, qui résistent, qui témoignent.

3 janv. 2010

Bonne année!

Les plumes de Montréalismes vous souhaitent une heureuse année 2010! Pleine de surprises, de projets à réaliser, de créativité, d'envies, de bonheurs partagés et surtout surtout pleine de curiosité que nous vous aiderons à assouvir!
Au plaisir de vous croiser souvent ici, au détour d'un portrait, d'une lubie ou d'un commentaire! A bientôt sur Montréalismes!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...